10 métiers qui auront le vent en poupe d’ici 2050

La révolution numérique a provoqué de nombreux bouleversements dans nos vies, notamment sur le plan professionnel. L’automatisation a fait tomber certains métiers en désuétude, tandis que d’autres font de la résistance en s’adaptant à l’air du temps. Plus encore, certaines professions sont en train de voir le jour et s’annoncent incontournables pour les trois prochaines décennies. Quels sont alors les métiers qui feront l’avenir en 2050 ? En voici 10 d’entre eux.

10 – Guide touristique dans l’espace

De nos jours, les voyages dans l’espace ne sont plus une utopie. Des compagnies comme Virgin Galactic, Blue Origin et SpaceX rivalisent pour proposer aux voyageurs un périple au-delà des sentiers battus. Il n’est pas à la portée de toutes les bourses, car il faut dépenser jusqu’à 35 millions de dollars pour réaliser un tel rêve.

Toutefois, le tourisme spatial est appelé à se banaliser auprès du grand public dans le futur. De nouveaux métiers apparaîtront logiquement, tels que guide touristique spatial. En quoi consiste cette profession ? À l’instar d’un guide classique, il proposera des visites guidées pour vous faire découvrir un lever et un coucher de soleil (environ 16 fois en 24 heures), des aurores boréales ou encore des anecdotes sur certains débris spatiaux.

9 – Consultant en soft skills

Nous disposons tous de compétences comportementales ou émotionnelles. Les entreprises ont bien compris que ces qualités sont l’une des clés pour trouver le candidat idéal lors d’un recrutement. Ces différentes aptitudes sont appelées « soft skills ». Ils comprennent l’adaptabilité, l’organisation, la motivation, le leadership, la gestion du stress, etc. Le consultant en soft skills se chargera d’aider les étudiants et les jeunes diplômés à valoriser et à exploiter ces atouts dans le monde du travail et plus largement, dans leur vie.

8 – Ingénieur en impression 3D

Appelée aussi fabrication additive, l’impression 3D est une technologie qui permet de créer un prototype couche par couche à partir d’une version numérique. Ce procédé de fabrication se démarque des méthodes traditionnelles par un gain de temps ainsi qu’un rendu précis, sur-mesure et sans assemblage – même pour les projets les plus complexes.

Avec ces atouts technologiques, l’impression 3D est en passe de révolutionner des secteurs comme le bâtiment, la médecine, l’aéronautique, etc. L’ingénieur en impression 3D se chargera de modéliser l’objet en 3D sur son ordinateur, de l’imprimer et de s’assurer qu’il soit conforme au cahier des charges.

7 – Trader en CO2

Le réchauffement climatique est l’une des préoccupations de nos temps. Pour y remédier, des métiers verts ont fait leur apparition comme celui de trader en CO2. Que fait-il exactement ?

Tout d’abord, sachez que l’Union européenne impose aux industries un quota d’émissions des gaz à effet de serre. Certaines d’entre elles dépassent ce plafond, tandis que d’autres gardent un niveau bas de pollution.

Cette situation a favorisé la mise en place d’un marché d’échange du carbone ou des droits de polluer. Le trader CO2 a pour mission d’acheter et de vendre du dioxyde de carbone. Comme n’importe quel trader, il doit posséder une bonne capacité d’analyse des marchés, être réactif et instinctif, et savoir gérer le stress.

6 – Spécialiste en « dé-extinction »

C’est un fait : les activités humaines ont des répercussions sur l’environnement si bien que les scientifiques émettent l’idée d’une « sixième extinction massive ». Environ 15 000 espèces animales et végétales sont actuellement menacées de disparition.

Dans les prochaines décennies, des spécialistes en « dé-extinction » s’attelleront à ressusciter les animaux complètement disparus en utilisant des techniques de clonage ou de modification génétique de type CRISPR. Une excellente maîtrise de la biotechnologie, de la médecine et de la chimie sera indispensable pour exercer ce métier du futur.

5— Poubelle-Miner

Les ressources de notre planète sont en train de s’épuiser. En parallèle, nous produisons 2 milliards de tonnes de déchets par an selon un rapport de la Banque Mondiale en 2018. Une autre étude effectuée par Global E-waste Monitor 2020 a révélé que nos ordures ménagères avaient contenu 53,6 millions de tonnes de métaux rares (lithium, gallium, indium…) en 2019.

Alors, les poubelles seraient-elles en passe de devenir un nouvel eldorado ? Oui, car le poubelle-miner aura pour tâche de déceler les métaux cachés dans les déchets à l’aide d’un drone détecteur de métal. Leur exploitation va non seulement permettre de limiter l’utilisation des ressources minières mais aussi contribuer à réduire la pollution.

4— Producteur d’organes

La dysfonction d’un organe nécessite son remplacement, car elle peut se révéler fatale. Jusqu’à un passé récent, nous pensions que la transplantation était la seule solution pour changer un cœur ou un rein défaillant. Mais rassurez-vous, les producteurs d’organes seront capables de dupliquer des organes humains fonctionnels. Cette technologie est certes salutaire, mais elle rencontre encore des réserves au niveau de la bioéthique.

3 — Fermier urbain

Les villes se développent à un rythme effréné, si bien qu’à l’horizon de 2050, elles seront surpeuplées – si elles ne le sont pas déjà. Face à cette asphyxie, il est donc normal de rechercher plus d’oxygène en invitant la nature en milieu citadin. Le fermier urbain aura pour rôle de développer des terrains agricoles dans les agglomérations. Cela permettra également de réduire la pollution.

2 — Psychologue pour intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est un système informatique capable d’exécuter des tâches comparables à celles de l’intelligence humaine. Toutefois, ces algorithmes sont dépourvus d’émotions. Ils ont besoin de suivre un apprentissage afin de présenter les traits de caractère humains. Spécialisé en science du comportement, le psychologue pour IA aidera les machines à être capable de raisonner par elles-mêmes en reproduisant le processus de la pensée humaine.

1 — Modificateur de mémoire

La mémoire est la faculté de conserver, de retenir et de se rappeler des informations antérieures. Depuis quelques années, des travaux scientifiques se sont penchés sur les moyens d’impacter sur le processus de rétention humaine – à court-terme ou à long-terme. Avec la découverte de l’activité électrique des neurones, certains procédés technologiques sont donc en cours pour transmettre ou nettoyer des informations de la mémoire. L’idée n’est pas de contrôler l’homme, mais de pouvoir par exemple traiter certaines maladies neurologiques.

Emilie M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page